Juin 29

Etats-Unis : 800 pages et rien de neuf contre Clinton dans le rapport sur Benghazi

Après deux ans d’enquête et sept millions de dollars du contribuable dépensés, la commission du Congrès américain sur l’attaque à Benghazi de 2012, qui s’était soldée par la mort de quatre Américains dont l’ambassadeur Chris Steven, a publié son rapport, mardi. Et malgré ses 800 pages, il ne révèle rien de neuf sur le rôle de l’ancienne secrétaire d’Etat, Hillary Clinton. La candidate démocrate ressort plutôt renforcée.

Les démocrates membres du Congrès avaient qualifié de « chasse à la sorcière » les accusations portées sur Hillary Clinton par les républicains.

Mais le rapport final publié ce mardi par la commission d’enquête du Congrès affirme que l’ambassadeur Christopher Stevens et ses trois compatriotes ont été tués parce que l’armée américaine avait réagi tardivement pour les secourir.

Aucun soutien n’a été mobilisé et aucune mission militaire n’a été envoyée vers Benghazi, près de huit heures après le début de l’attaque à l’origine de la mort des quatre ressortissants américains, selon le rapport.

L’enquête affirme que le président Barack Obama et le secrétaire d’Etat à la Défense de l’époque, Leon Panetta, avaient pourtant donné des ordres pour que l’ambassadeur et ses trois compatriotes soient secourus.